Rassemblement Jodel – Compiègne 2017

Samedi 27 juin 2017, Michel vient de se poser, il est 11 heures, je vais pouvoir récupérer le ZT car je pars pour Compiègne au rassemblement des Jodel.
Je saisis mon vol, je tente de saisir mon vol car mon compte est débiteur.
Je mets un chèque et c’est parti. Visite prévol du ZT, il y a de l’huile et le bouchon est bien verrouillé.
J’installe mes petites affaires sur le siège passager car personne n’a voulu venir avec moi, la prudence est de mise à l’ACRM…..
Cartes VAC, carte région parisienne, check liste, GPS en marche, tout y est, je vais pouvoir mettre le moteur en route. Contact, démarreur et ça tourne. C’est chouette un moteur bien réglé !
Roulage jusqu’au point d’arrêt 25, essais moteur, personne dans le circuit, je décolle dans la foulée.
Cap au nord, 1400 fts, tout tourne bien, je longe la voie ferrée. Le GPS me dit : 12 minutes de vol, une vraie nav quoi !!!!!
Pour l’instant, tempête de ciel bleu, je vois déjà Compiègne, mais ça risque de se gâter en début d’après midi.
J’écoute la fréquence, je suis numéro 3 dans le circuit. Vigilance, vigilance.
Un en finale, un en base et moi qui m’intègre en vent arrière à 1000 fts à 140 km/h car « des paramètres bien respectés conditionnent une bonne approche et un bel atterrissage » comme dirait Claude.
Arrivé au parking, le moteur à peine stoppé, on toque au carreau. C’est André !
André Cavallo, l’ancien trésorier du club arrive de St Omer avec quelques collègues de club.
Il est midi, direction le buffet. Charcuterie, crudités, fromage, dessert, café, un très agréable repas entre pilotes qui partagent la même passion du train classique.
Dans les hangars nous trouvons quelques ULM, un Van’s RV7 et une réplique de SE5a, biplan des années 14-18.
Les militaires de Compiègne ayant plié bagages, nous pouvons accéder au club house, grandiose, et à la tour de contrôle.
Belle vue sur l’ensemble du parking avions et le terrain de vol à vol où un Maule s’apprête à remorqué un ASK 21.
Mais, qui arrive en finale ? C’est FY avec Claude et Paul son élève.
Accueil sur le parking, petits rafraichissements et les voilà de nouveau en route pour Le Plessis.
Pour moi, c’est pareil, je ne vais pas tarder de repartir, André aussi rassemble ses collègues en vue d’un retour proche.
Sympathique rencontre à inscrire sur vos tablettes pour l’année prochaine en espérant que si nous ne sommes pas plus que nous ne soyons pas moins.

Philippe

Un nouvel appareil à l’ACRM!

Aujourd’hui un nouvel avion est arrivé au sein de l’aéroclub!

Cet avion est un PS28, biplace côte à côte de 100cv équipé d’une avionique moderne (EFIS).

Des photos sont disponible dans la rubrique « les avions ».

C’est appareil va être notamment l’avion école principale de l’aéroclub.

C’est une grande nouveauté, contactez rapidement votre instructeur préféré pour venir l’essayer!

Bons vols!

Balade Cherbourg

Depuis plusieurs mois les ailes nous démangeaient mais la météo, à chaque fois la météo, a repoussé nos désirs d’évasion. Ne nous avouant pas vaincus, nous avons envisagé une nouvelle sortie. Objectif ambitieux : Cherbourg avec la visite du Musée de la mer.

Le temps s’étant mis au beau depuis quelques jours, samedi 27 juin au matin c’est le départ avec tous ses petits problèmes : un moteur qui ne tourne pas rond, des clés perdues, j’en passe que je n’ai pas vu.

Avec Jean et son avion dont l’autonomie nous permettrait de faire l’aller et retour terre lune sans escale, nous décidons de ne pas nous arrêter à Bernay.
Partis les derniers, nous arriverons à Cherbourg les premiers (Matthieu ou le lièvre et la tortue, au choix) après 2h20 de vol face au vent.

En passant à Bernay nous entendons le ZT, le ZV et l’IX s’époumoner à la radio pour se poser et changer d’équipage, voire d’avion.

Pendant ce temps là le fier D119 poursuit sa route en direction de Cabourg. A 2500 fts, nous traversons quelques nuages ou zigzaguons selon l’humeur du pilote.

A Cabourg on oblique vers l’ouest afin de survoler les plages normandes. C’est avec émotion que je cite les noms d’Ouistreham, Courseulles sur mer, Arromanches, la Pointe du Hoc sans oublier le mémorial de Colleville surplombant la plage d’Omaha Beach.

Je ne sais plus si c’est à ce moment là exactement, mais je ne dois pas me tromper de beaucoup, que nous entendons nos poursuivants s’apprêter à reprendre l’air.

Avec Papa Xray, nous continuons d’avancer et rejoignons le point d’entrée SC de Cherbourg, la piste est longue, « ça devrait le faire ».

Parking à convenance, nous attendons le reste de l’expédition qui malgré tout ne tarde pas trop.

Le ciel est bleu, l’air est frais, mon gilet jaune me réchauffe…..

Rassemblés dans 2 taxis, direction un resto du centre ville. Deux tables, face au port de plaisance, nous accueillent et un superbe repas nous redonne des forces et la convivialité légendaire des pilotes s’installe.

Le café bu, à pied, difficile pour certains, nous rejoignions le musée de l’autre côté de la rade. A l’intérieur, des sous-marins de toutes sortes. Et surtout le « Redoutable », premier submersible atomique lanceur d’engins.

La visite vaut le déplacement, à l’intérieur du « Redoutable », pas un centimètre carré n’est perdu, des appareillages partout qui sans cesse nous accrochent au passage comme pour nous dire : tu as vu, tu sais à quoi je sers ?

C’était très impressionnant dommage que certains pilotes aient dû rentrer plus tôt et n’ont pas pu faire la visite.

Retour à l’aérodrome pour le restant de la troupe et visites pré-vol avant le départ.

Chacun de notre côté nous regagnons Le Plessis où nous nous retrouvons heureux de cette première sortie.

Pour la prochaine, je pense que nous pourrions envisager : Lausanne, du Plessis, c’est tout droit jusqu’à Yverdon. Deux heures de vol, le bus à l’aérodrome qui nous descend en 10 minutes sur la plage de Vidy, face au Mont Blanc, où nous pouvons piqueniquer. C’est pas une bonne idée ?

Philippe LEBOIS

P1070283

P1070254

P1070238

P1070237

P1070229

P1070228

P1070227

P1070221

P1070208